Aéroclub Iba Gueye de Dakar

Un week-end mouvementé

Voici l’histoire d’un WE qui a démarré de travers… pour se terminer un peu plus tardivement que prévu.

22 septembre 2015

Initialement, nous avions prévu 4 avions pour transporter les 15 du groupe :
- 6 HE pour les YUNG
- 6 GW pour les CHAM
- 6HG pour les Quéré
- TB20 pour Philippe Grisoul et les Prioux

Arrivés à l’Aéroclub vers 9h30, nous apprenons que l’HE n’a pas obtenu son CDN de l’ANACIM, bloqué donc jusqu’à mardi prochain. Du coup, déception des YUNG qui se résignent à ne pas venir avec nous.

Alain et moi décidons de louer le Bimoteur 6V-AGT, ce qui permettrait de sauver la situation et d’embarquer tout le monde. Nous partons donc tous les deux pour une séance de tours de piste.

Une fois maitrisée la machine aux multiples manettes, nous positionnons les 3 avions pour un départ tardif vers Saint Louis.

Après 45 minutes de vol (pour nous), arrivée à Saint-Louis vers 13h30,

Deux pick-up Toyota nous attendaient pour 50 minutes de route / piste direction « Océan et Savane » de JJ Bancal.

WE parfait, bonne ambiance, aucun nuage n’a perturbé la bonne entente.

Retour terrain dimanche vers 16h30, pré vols, plans de vols, et météo via les sites des uns et des autres… et surtout consultation téléphonique de quelques pilotes de Dakar en WE sur la petite côte : « Il pleut, gros orages, tout est noir, Dakar se couvre… ». Bref une grande confusion règne au moment de mettre en route sous une tempête de ciel bleu sur le tarmac à Saint Louis.

Nous essayons de joindre un pro, Guillaume le chef pilote de Michel, très sympathique et en qui nous avons une grande confiance aéronautique mais boite vocale. Nous gardons donc comme seules indications les commentaires des différents « météorologues prévisionnistes improvisés ».

C’est ainsi que démarre la grande conférence mondiale sur le climat. Nous annulons le retour (d’un commun accord) que nous reportons au lendemain matin, à la grande satisfaction des enfants qui, pour une fois, vont pouvoir faire l’école buissonnière à cause de leurs parents incompétents.

L’élément déterminant a été une image de synthèse envoyé par Pierre Lucas mêlée aux commentaires par téléphone des uns et des autres.

Nous retrouvant comme de vulgaires vagabonds suants et malodorants, à bout de linge et de nerfs, nous avons été recueillis charitablement et gracieusement par Muriel et Jean Jacques Bancal sur leur vaisseau Amiral « Bou El Mogdad ».

Tabaski à l’approche les moutons ont tout de même fait partie du décor. S’en suivra un apéro au Flamingo.

Dîner au restau SIKI, ballades nocturnes sur l’Ile de St Louis, bref très bonne soirée.

Réveil à 5h30 le matin, bonne image satellite, le rouge à l’est s’est dégonflé, une bonne fenêtre pour le vol, décollage 7h08, coupure des moteurs devant le seigneur Jacquot à 07h58.

Nous avons tout de même contourné un beau TC installé à 20 nautiques de YF sur la mer.

GW et le TB20 sont arrivés dans l’heure qui a suivi.

Voilà donc les aventures des « pilotes du dimanche » qui ont su résister aux pressions diverses et variées pour ramener les familles saines, sauves et bronzées à la maison.