Aéroclub Iba Gueye de Dakar

REX TACI 2018

7 janvier 2019

C’est durant la soirée de clôture du TAS 2017 que Kamal Harati, pilote de l’aéroclub d’Abidjan, nous a invités à participer au Tour Aérien de Côte d’Ivoire.
Après de multiples échanges avec nos amis organisateurs Ivoiriens et autres "potes pilotes" venus de contrées lointaines, nous voilà sur le point d’embarquer pour l’aventure ivoirienne.
Autorisations de survol et d’atterrissage envoyées, s’en suit le positionnement de notre précieux Avgas nécessaire pour notre aller-retour via Tambacounda.
A quelques jours du départ nous apprenons que le carburant en place à Bamako et nécessaire aux PA28 est vendu, envolé, volatilisé.....

Un nouveau stress et voici que nos 2 équipages PA28 repartent dans les calculs d’autonomie, masse et centrage pour l’emport de carburant. C’est bon ça passe !!!! Al Hamdoulillahhhhhh

La poussière s’invite donc le jour du Départ avec 4000m de visibilité. Le VFR spécial nous est accordé, nous décollons cap sur Tambacounda, première escale de notre périple : escale technique et passage de frontière.

les pleins faits nous redécollons direction Bamako.
La zone de "no-man’s land" est assez vaste durant ce vol, les turbulences thermiques liées au sol ferreux sont assez fortes : nous prenons des coups de vario de 1500 ft/min sur le Saratoga au FL70. J’imagine les PA28 à 1000 ft par 50 dégrés...

C’est l’heure de pointe à l’aéroport de Bamako pour notre arrivée. Une bonne dizaine d’avions des Nations Unies est là sur le Tarmac. Nous serons particulièrement bien accueillis par Mohamed Coulibaly, pilote de l’aéroclub de Bamako.

Sur le parking du club, nous remarquons un Beech équipé d’un système qui ressemble à un circuit d’épandage mais en fait sert à faire "exploser" les nuages en pluie : il fait sec à Bamako.

Nous passerons la nuit à Bamako.

Réveil 06h00, la météo est bonne pour le premier tronçon mais risque de se "gâter" en fin d’après-midi : le TAF n’est pas très optimiste.

Décollage 07h30 nous partons cap SUD sur Korhogo où nos amis ivoiriens ont positionné de l’Avgas et réussi à donner le statut d’aéroport douanier uniquement pour la période du TACI : trop fort ces ivoiriens.

Les pleins refaits, une dernière vérification sur la météo, le vol est jouable, "clear to take-off : à nous le TACI" ! Nous survolons la moitié SUD de la Côte d’Ivoire sur un "scattered" pour une arrivée en sky clear à Abidjan.

Arrivés à l’aéroclub d’Abidjan nous préparons les machines : pleins, huile, vérifications d’avant rallye et nous sommes fins prêts pour le briefing du soir où seront présents les participants, organisateurs ainsi que la presse locale.

Un dernier petit coup au Bar et le Team "Air Diagandiaye" est au TOP, fin prêt !!!

La première étape est simple, décollage cap OUEST direction la SOGB : énorme plantation d’hévéa et de palmier. S’en suit une visite et explications des process de récolte par les responsables de l’usine.

Nous serons par la suite conviés à un super déjeuner encore merci à la SOGB un des sponsors du TACI.

Un dernier plongeon dans la piscine et nous voilà repartis pour une nav de 15 nautiques cap SUD, virage à gauche sur le "Grand Rocher" et longue finale sur la Baie des Sirènes.

Pour cette étape, ça bosse dur à bord d’HA.

Nous posons sur cette "piste" assez étroite, traversée par de nombreux sentiers et dont la courte finale nous emmène tout juste entre 2 arbres :
Du "bush pilot" comme disent nos Amis Américains et "Finger in the nose" par chez nous.

Le camion citerne arrive aussitôt. Les pleins des machines et des pilotes terminés, l’efficacité est à son maximum. Merci encore pour l’apéro improvisé sur la piste, certains y passeront le reste de leur soirée.

Diner et Briefing du lendemain, la nuit est douce dans cet hôtel repris par l’architecte attitré de Feu le président Houphouët-Boigny.

Reveil matinal et nous voila partis vers les terres un peu moins vertes du NORD.

La navigation est simple, on suit le fleuve jusqu’au barrage et cap EST sur la ville de Yamoussoukro. Grande ville du président où la plus haute Basilique au monde nous attend : elle est tout simplement magnifique.

Départ 07h30 pour Korogho plein NORD, la visibilité (3000m) n’est pas au top, et nous arrivons dans un ordre chaotique : 8 avions en même temps et on entend sur la fréquence "c’est quoi c’bordel, rappelez moi quand vous serez tous posés" notre ami Alain préféra la sécurité et une attente pendant que les contrôleurs aériens sur place essaient de comprendre l’ordre d’arrivée, le circuit et le pourquoi du comment, sans compter sur l’envie soudaine d’un pilote de faire des tours de piste.

Bref tous posés pas cassés, tout est bien qui finit bien, les pleins prendront plus de temps sur cette étape.

Il fait chaud à Korogho, soirée africaine avec un spectacle haut en voltige, repas convivial. Nous sommes quand même excités à l’idée de rejoindre la côte Atlantique avec plus de verdure, des températures plus clémentes et l’arrivée sur Assinie.

A l’approche des Zones plus vertes, la visibilité est réduite et l’on n’y voit plus grand chose.

Arrivés sur la station balnéaire d’Assinie, où de somptueuses villas jonchent toute la côte, nous atterrissons sur une piste de brousse mais en assez bon état.
Un super repas nous attend pour l’arrivée et c’est déjà la fin de ce rallye.
Nous repartons avec des souvenirs inoubliables et des preuves d’amour apparement indescriptibles :

Le retour à la maison sera bref, un impératif professionnel !!! Malheureusement pas de photo mais le souvenir d’un Korogho Tamba en direct assez turbulent avec des thermiques jusqu’au FL 125.

Encore bravo aux organisateurs et aux participants pour la bonne humeur. Merci aux sponsors et divers services aériens qui répondent présents quand il faut faciliter de tels événements pas simples pour les profanes.

Ci-dessous un lien pour la vidéo officiel du TACI :

https://www.youtube.com/watch?v=X86...